Alain Rey

                                                                     

     

 

     Alain Rey,
     Pasteur de la communauté
     à partir de septembre 2021
 

              

     Pasteur de l’Église Protestante Unie de France à la
     retraite, j’ai eu le privilège de connaître des engage-
     ments ministériels passionnants en paroisse, dans
     les services de la Fédération Protestante de France,
     dans les structures missionnaires de nos Églises de
     France et dans le cadre de la Communauté d’Églises
     que l’on appelle la Cevaa - une communauté de partage et d’échange associant une quarantaine d’Églises situées en Afrique, en Europe, en Amérique latine et dans le Pacifique.

     C’est un engagement qui m’a donné de connaître de très nombreux visages de l’Église universelle en même temps que de vivre les expériences immensément riches d’un évangile confronté aux défis de la diversité culturelle.

Je dois dire qu’avec la perspective de venir à Berlin, j’ai été particulièrement sensible à la dimension d’un évangile à rendre concret et vivant dans un contexte de très grande diversité culturelle. J’accueille donc cette opportunité qui m’est donnée de servir la Communauté francophone de Berlin comme une chance et comme un défi.

 

Alain Rey

 



 


 

 

 

 

 

 

Ayant participé régulièrement aux cultes à mon arrivée à Berlin, j'ai trouvé naturellement ma place dans cette communauté accueillante. J'ai donc choisi de prendre une part plus active et de devenir membre du conseil presbytéral. 

 Sophie Maurice

 Sophie Maurice

 

 


 

Christian Mongoue

 

167313 Christian Mongoue WEB 1

  Venu à Berlin pour mes études, j'ai trouvé personnellement
   ma place dans cette communauté très accueillante.
  J'ai donc décidé d'être plus actif et de devenir membre du conseil
  presbytéral. 

  « Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais
  soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau
  qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jean 4:14)

 

 

 

 

 

 

 


 

Maryse Nsangou Njikam, présidente du Conseil Presbytéral

 

Photo Maryse Nsangou Njikam WEB

   J'ai décidé d' être membre du Conseil Presbytéral pour apporter ma contribution active au bon fonctionnement de notre communauté.
   En tant que chrétienne cet engagement au service de notre communauté est pour moi une façon de rendre grâces à notre Seigneur
   pour tout ce qu'Il accomplit dans ma vie et dans celle de ma famille.

 

 

 

 

 

 

 


 

François Ntambue

 

Ntambue WEB 1   J’ai toujours reçu un soutien de toutes les églises
   que j’ai fréquentées.
   Je désire à mon tour m’engager et être un support
   pour les autres.
   J’aimerais m’assurer que toutes les personnes
   parlant français à la recherche d’une église pour
   partager la bible puissent connaitre
   la communauté protestante francophone de Berlin.

 

 

 

 

 


 

Raoul Sighaka

Sighaka WEB 1

Servir en tant que membre du Conseil presbytéral émane de mon désir d'agir, de participer et de m'engager au sein de chacune des communautés auxquelles j’appartiens. Ici notamment dans le but de contribuer à la bonne marche de notre église, riche de ses membres venant principalement de différents horizons du monde francophone, et aussi d’ailleurs. Et surtout aussi je l’espère, à travers les délibérations et initiatives du conseil presbytéral, contribuer à renforcer la solidarité et la cohésion entre toutes les âmes formant notre communauté chrétienne ou non.


 
 

 

                                                               

 

 

 

 

 


 


La CEEEFE (=Communauté d’Eglises protestantes francophones dans le monde), a eu son Assemblée générale fin août à Versailles.

CEEFE 20017 à Versailles

Le réunion de la CEEEFE- Communauté d'Eglises protestantes francophones dans le monde -a été cette année pour la dernière fois accueillie à Versailles par les diaconesses de Reuilly. Nous avons une pensée émue pour cette communauté qui , pendant des années, a offert aux délégués venant du monde entier hospitalité et ressourcement spirituel.

Comme chaque année, la rencontre a permis un bilan des activités, des avancées, des difficultés de l'année écoulée. Les Eglises reflètent bien sûr les évolutions problématiques de la société qui les entoure: montée des intégrismes, insécurité, fragilité économique, afflux des réfugiés. Comme le dit le président B. Antérion," nous connaissons la société du risque: sommes-nous l'Eglise de la solution?"

Mais il est aussi émouvant de voir comment la force de la Parole fait se lever des énergies, mobiliser des solidarités et réunir dans le culte dominical et dans de nombreux projets des personnes d'horizons culturels différents.

Toutes les paroisses ne sont peut-être pas aussi actives que celles de Jérusalem, de Beyrouth ou Stockholm (dotées de budgets conséquents), mais souvent l'inventivité et la persévérance permet de "tenir" devant des situations difficiles (vacance du poste pastoral, difficultés financières, éloignement de la métropole). (citons les cas de la paroisse de Bonn sans pasteur depuis 2 ans) Dans de nombreuses paroisses et surtout au niveau des cultes pour enfants se pose le problème de la francophonie concurrencée par les langues de l'environnement.

Le développement de la communauté de Djibouti qui va cette année inaugurer son temple, est un exemple de la solidarité conjuguée des paroisses dans le monde (comme la paroisse huguenote de Berlin), de la DEFAP, et de la CEEEFE.

Il est douloureux de constater aussi que certains conflits dans des paroisses à structure compliquée (Luxembourg) ou en redéfinition ((Utrecht) ne trouvent pas de solutions dans l'immédiat. Cette année, D, Crouzet a animé un débat sur des principes de bonne gouvernance au sein de la paroisse et du conseil presbytéral et rappelé des fondamentaux: le sacerdoce universel, la nécessité de l'accueil (et ses limites), la nécessité de nommer les conflits.

Comme les années précédentes est confirmée pour chaque délégué l'importance du lien avec la CEEFE.

C. Hornung, déléguée du conseil presbytéral de Berlin