Après presque trois ans ici à Berlin nous partons pleins de reconnaissance et d’émotions. Merci pour cette belle fête d’au revoir, pour vos vœux, vos attentions, les gestes d’amitié, la prière et les nombreux encouragements. « Partir c’est mourir un peu », comme dit le poète, mais comme nous croyons que la mort n’a pas le dernier mot et que le Christ est ressuscité, partir, c’est revivre ailleurs, autrement, avec joie et entrain. Nourri de ce qui a été partagé, enrichi d’expériences et d’amitié, avec quelques années de plus, bien sûr mais aussi plus sages et avisés.

A vous tous, membres de la communauté et de l’église française, amis, collègues et paroissiens, nous souhaitons de vivre et de revivre sous le regard du Seigneur, et de garder la joie de l’évangile et l’espérance du monde nouveau. Nous vous porterons dans notre cœur et nous resterons en communion avec vous.

Et un jour, nous serons tous réunis auprès de Celui qui nous guide et nous nourrit.

Christine et Marco Pedroli

 

 

L’été, sentiments mêlés

 

L’été, c’est la lumière et le soleil revenus, les hirondelles qui tournent dans le ciel et l’odeur si intense des tilleuls berlinois. Mais cet été sonne aussi l’heure mélancolique des adieux. Dans notre Communauté, il faut prendre congé du couple pastoral qui va vers une nouvelle phase de la retraite.

 

C’est à Marco et à Christine Pedroli ensemble qu’il faut dire au revoir, à tous les deux parce que leur engagement pour Berlin était un projet de couple, parce qu’on a senti qu’ils se sont toujours épaulés, complétés, l’une avec sa compréhension des gens, sa disponibilité et l’autre avec sa force et son calme rassurants tant dans la présence physique que dans le message de ses sermons. Ces derniers ont guidé notre foi en nous rappelant toujours l’essentiel : l’Amour de Dieu et Sa Grâce. Par la formation de prédicateurs laïques, il a permis à la Communauté de voir assurée la régularité des cultes. Merci donc à Christine et Marco d’avoir consacré 2 ans et 8 mois à notre petite paroisse, de nous avoir apporté force et paix au lieu d’aller escalader les montagnes suisses ou de faire des croisières sur les mers lointaines. Nous sommes tristes de leur départ mais heureux d’avoir eu la grande chance de leur séjour parmi nous.

 

Nous sommes également reconnaissants qu’une pasteure vienne prendre bientôt le relai (à partir du 1er septembre). Madame Martine Matthey, pasteure retraitée vient de Suisse, de Anzère. Elle nous apportera toute l’expérience d’une carrière professionnellement variée : d’abord psychologue auprès d’un établissement scolaire puis pasteure à partir de 2004 au Val-de Travers et à Crans-Montana ; elle a continué ses engagements après la retraite comme pasteure remplaçante dans l’Eglise Evangélique du Valais, dans les paroisses protestantes du Caire et d’Alexandrie en Egypte, en Ardèche ; elle a été enseignante en Ethique et Culture à l’école primaire. Elle parle l’anglais et l’allemand ; elle aime faire de l’encadrement de jeunes.

Nous sommes pleins d’espoir : une nouvelle pasteure, c’est une nouvelle chance qui est donnée encore une fois à notre Communauté.

Que le Seigneur accompagne ceux qui partent, celle qui arrive ; qu’il aide chacun de nous à s’engager pour notre Communauté à la mesure de ses forces.

 

Pour le Conseil Presbytéral : Claudine Hornung

 

NB. En attendant l’arrivée de Madame Matthey, les prédicateurs laïcs de la communauté célèbreront les cultes durant les mois de juillet et août. En juillet nous aurons aussi la chance d’avoir parmi nous le pasteur Ali Tote. Monsieur Tote est originaire du Cameroun. Il vit au Canada où il est pasteur de paroisse. Il vient de terminer un perfectionnement dans le Sud de la France, et avant de retourner au Canada il vient quelques semaines à Berlin et célébrera les cultes dans notre communauté.

 




 

claudine_hornungClaudine Hornung, secrétaire

J'ai ressenti le besoin de m'engager à nouveau pour travailler au sein du Conseil presbytéral. Non que j'aie des dons particuliers de gestion ou d'administration mais parce que je me sens capable d'assumer la responsabilité de décisions prises avec les membres du Conseil et après consultation de la Communauté.

Par ailleurs, je me sens faire vraiment partie de cette Communauté, si contrastée par la multiplicité des horizons de ceux qui la constituent, si faible de tous ses problèmes, financiers en particulier, mais si forte de la volonté de vouloir les surmonter, avec l'aide de Celui qui nous aide toujours.


Claudine Hornung







Florence Alidore, membreDSC_9642-CPFB-Flo

«Il y a pour moi une place dans la maison de mon Père. » En reprenant la même phrase autrement, je dirai qu'il y a pour tous une place dans notre Communauté. Ceci dit, quelle que soit votre origine, votre couleur de peau, vous trouverez dans notre petite Communauté refuge. Comme le disait quelqu'un, c'est un microéchantillon de l'Eglise universelle réuni dans le centre de Berlin.


Flo Alidore







Edgar Batchadjiwww Edgar nommé au CP, membre

Après une participation régulière aux cultes, mon engagement est avant tout une façon de vivre ma foi de manière concrète. En aidant les autres et en participant de manière active a la vie de cette famille arc-en-ciel si accueillante, en la servant, en faisant au mieux de mes possibilités.

Je souhaite soutenir et promouvoir l'adhésion des jeunes familles dans notre communauté.

Edgar Batchadji

 

 

 

 

 

 


La CEEEFE (=Communauté d’Eglises protestantes francophones dans le monde), a eu son Assemblée générale fin août à Versailles.

Les délégués du Conseil Presbytéral se sont rendus à Versailles pour assister au Congrès des Eglises francophones dans le monde. Une fois de plus nous avons constaté que l'actualité de l'Eglise reflète celle de la géopolitique (réfugiés, guerre, extrémismes). Ainsi de nombreuses paroisses sont agitées de dissensions diverses ; en effet, là où beaucoup de femmes et d'hommes travaillent ensemble, même au nom de Dieu, ce n'est pas toujours l'harmonie. Mais il est important de partager les problèmes et de chercher à résoudre les conflits ; à cet égard, le lien avec la CEEEFE est fondamental pour les Eglises de l'étranger ; cet organisme donne les impulsions, les idées, des encouragements à chaque responsable de paroisse, que ce soit à Alger ou à Moscou.

Cette année le théologien et formateur Hervé Ott a donné une conférence précisément sur la question des conflits et de la gestion et de la résolution des conflits. Il veut inciter les protagonistes de viser à ce qu’il appelle « la transformation constructive des conflits. » Cet apport, ainsi que le partage entre les délégués des églises ont été riches et très instructifs.